La réalité virtuelle : enfin une dynamique inclusive ?

L’année 2018 va-t-elle être l’année de l’émergence de la réalité virtuelle pour le grand public et s’inscrire dans une dynamique inclusive ?

Malgré des usages de plus en plus étendus et de nombreuses déclinaisons professionnelles, la réalité virtuelle, jusqu’à la fin de l’année dernière, n’était pas facilement accessible au plus grand nombre.

Les nouvelles générations de casques de réalité virtuelle qui sortent en 2018, allient mobilité, autonomie et réduction des couts (à l’image de l’Oculus Go disponible à un peu plus de 200 €).

Au-delà des usages constatés avec les précédentes générations d’équipements (formation, acculturation, onboarding, prévention…) ces nouveaux casques ouvrent également la voie à de nouvelles opportunités intéressantes à expérimenter un champ des possibles extrêmement enrichi.

Une mobilité accrue

L’apport majeur concerne la capacité à s’affranchir des connexions pénalisantes (câble physique, accès réseau…).

Il est désormais possible de proposer des expériences dans de nouveaux espaces : café, événement itinérant, manifestation éphémère, déserts numériques, visite historique…

De nouveaux secteurs d’activités concernés

La réduction du cout des équipements et de la production des contenus interactifs va permettre à de nouveaux acteurs d’accéder à leurs transformations numériques.

A titre illustratif, le monde l’artisanat va pouvoir faire (re)découvrir ses produits sous un prisme élargi. Il sera ainsi possible de transporter les clients en l’espace de quelques secondes dans des lieux éloignés géographiquement ou inaccessibles : ateliers de conception, lieux de récolte… On pourra également revaloriser des gestes ancestraux en voie de disparition.

Potentiellement, l’ensemble des secteurs d’activité est concerné.

De nouveaux consommateurs

La simplification de l’accès à la réalité virtuelle va permettre également d’atteindre un public plus large.

Parmi les bénéfices majeurs on peut citer

  • Un fantastique booster de vente grâce aux émotions engendrées par les expériences immersives.
  • Une valorisation de métiers souvent méconnus (métiers traditionnels comme évoqués précédemment et nouveaux métiers liés au digital)
  • Une réduction de la fracture numérique et une réelle dynamique inclusive

Une formidable opportunité à saisir

Malgré quelques défauts de jeunesse, les technologies sont suffisamment abouties pour se lancer dans l’expérimentation dès maintenant et aller explorer l’océan bleu des expériences immersives.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *